peintre

Ma relation à la couleur

est sensible et non théorique. La couleur est pour moi essentielle, je l’avance, je l’étudie, je la joue avec pur plaisir, rencontre et intuition. Elle n’a pour moi de réalité que lorsqu’elle est éprouvée sur un support.

Je construis mes tableaux à force d’interventions, je pose et projette la couleur puis je l’étire dans la matière qui l’accueille. De manière successive, chacune des strates de peinture constitue un fond possible au tableau et je le remets en question par le passage coloré suivant.La couleur ainsi s’affirme puis se modifie.Chaque strate colorée elle est une affirmation de la couleur que j’ai décidé avant de la poser. Il s’agit d’assemblages de couleur unifié par un geste.

Les couleurs, petit à petit modifiées, induisent des vibrations, deviennent dessous et proposent ou imposent l’approche d’une profondeur.C’est alors un jeu entre la planéité de la surface redite par les passages successifs du pinceau et l’apparition de la profondeur, ce jeu peut laisser incertain le regardeur.Un quelque chose, une impression, une masse semble émerger de la profondeur du fond qui s’apparente parfois à un paysage possible.

Je cherche un point d’équilibre entre des couleurs affirmées, des couleurs incertaines, parfois non nommables et la vibration de la couleur.Entre abstraction et représentation « paysageste » j’aime à penser la lenteur du regard qui se pose sur la toile et découvre un espace en suspens.

Mes espaces peints proposent des fragment de temps arêtés où la mémoire du mouvement persiste, le suspens est et n’est pas vide. Le suspens est plein du moment présent, proche d’une méditation en mouvement. L’oeil du regardeur peut se poser, se promener, s’étonner.

Le regardeur peut s’étonner, s’émouvoir et même recevoir. »

TABLEAUX

2015

 

2014

 

2011

 

2010

 

2009

 

2008

 

2007

 

2006

 

Premières recherches